Description d'une dent de prosauropode rapportée au genre "Plateosaurus"

Publié le par ToM


Dent en très bon état d’aspect général subtriangulaire et spatulée, présentant une série de crénelures sur les carènes mésiales et distales :

 

Cette dent est composée de l’intégralité de sa couronne et d’une partie de sa racine et présente une constriction au premier quart inférieur. D’après CUNY et RAMBOER ( 1991 ) la racine serait séparée de la couronne par cette constriction, cette donnée semble être confirmée par la découverte d’une dent d’aspect « prosauropode » en section longitudinale présentant une cavité racinaire de forme semi-circulaire dont le maximum coïncide avec l’apparition de la constriction ( CHENAL, 2009 ).

 

La hauteur totale de la dent (CH) est de 13,4 mm, j’estime la hauteur de la couronne depuis l’apparition de la constriction à l’apex à 10,7 mm pour une hauteur racinaire de 2,7 mm.

 

La longueur mésio-distale de la dent à sa base (CBL) est de 7,1 mm.

J’introduis ici le terme de Crown Maximal Length (CML) définissant la longueur mésio-distale maximale de la dent, qui apparaît à « mi-dent ». CML : 8,5 mm.

La largeur labio-linguale (CBW) est prise au niveau de la racine de la dent. CBW : 4 mm

Les mesures CBW et CBL permettent de mesurer l’indice de compression de la dent Crown Base Ratio (CBR) via le rapport CBW/CBL. Sur cette dent CBR : 0.56



 

La face apparente est franchement concave, l’autre étant encore encroûtée de sédiment. Cette concavité est typique chez les Archosaures de la face labiale de la dent, celle étant dirigée vers l’extérieur de la gueule, au contraire de la face linguale qui, elle, était en contact avec la langue de l’animal.

 

Cette face labiale est parcourue de fines rides longitudinales plus ou moins parallèles entre elles qui naissent au niveau de la CML, et atteignent les carènes sans se rejoindre au niveau de l’apex.

 

Les carènes sont lisses jusqu’au CML, à partir duquel apparaissent des crénelures de taille croissante et dirigées vers l’apex.

 

La carène distale supporte 12 crénelures qui parcourent cette première jusqu’à l’apex sur une longueur de 6.5 mm soit une densité d’environ 1.8 crénelures par mm.

La carène mésiale voit débuter l’apparition des crénelures au même endroit que la carène distale mais après la 7ème crénelure apparaît une facette d’usure qui s’étend jusqu’à l’apex de la dent. Cette facette d’usure s’est sans doute mise en place du vivant de l’animal, la dent dans son intégralité ne présentant pas de signes d’usures post mortem.

 

Toutes ces caractéristiques sont relativement typiques des dents de prosauropodes rapportées au genre Plateosaurus dont les restes sont biens décrits en Europe de l’Ouest.

 

Il est à noter que la face linguale est toujours encroûtée de sédiment, la morphologie des dents de ce prosauropode étant bien connu je ne souhaite pas fragiliser la dent par simple soucis esthétiques !

Merci à P. GALTON pour sa disponibilité et ses précieuses informations.

Commenter cet article