Muschelkalk... forever

Publié le par ToM

Nouvelle virée dans les calcaires du trias et une fois n'est pas coutume, je retrouve d'anciennes et de nouvelles connaissances pour un moment de fouilles et de convivialité entre passionés de cailloux!!!



Le soleil comme les trouvailles étaient au rendez-vous, renforcant encore le plaisir d'être sur le terrain... Merci à vous tous pour cette chouette journée!!!

Les découvertes du jour :

Plusieurs dents d'Hybodus sp. :





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hybodus était un membre de la classe des Elasmobranchii du super-ordre des Selachimorpha soit un ancien cousin de nos requins actuels... L'une des particularités du genre Hybodus est la présence d'un ou plusieurs aiguillons sur la partie dorsale de l'animal. Simple parure ou "arme" défensive la question n'a jamais rééllement été tranchée.
Chaque espèce portait un type d'aiguillon différent, nous permettant ainsi aujourd'hui de définir les espèces ayant vécues au sein du Muschelkalk français plus facilement que par l'étude de dents souvent hétéromorphes.

Ce fragment d' aiguillon (25 mm)  peut être rapporté à l'espèce " Hybodus tenuis" (Jaekel) :































Un autre prédateur reptilien du trias : l'étrange Tanystropheus et son long cou. Cet animal découvert notamment en Italie ( Monte San Giorgio ) est présenté comme ayant des moeurs proches de nos phoques actuels chassant en mer et se reproduisant sur la terre ferme, précisant ainsi la proximité de terres émergées. Cette dent d'allure typique est moins courante et moins grande que celle du "commun" Nothosaurus et c'est  toujours un plaisir de la découvrir... Celle ci mesure 18 mm :




Egalement de la partie une dent de Nothosaurus sp. de belle taille (26 mm) mais malheureusement brisée à la fossilisation. A quelques mètres et au sein de la même couche une vertèbre ( en cours de dégagement ) qui semble avoir les caractéristiques d'un vertèbre caudale de Nothosaurus mirabilis... a suivre...























Proies des reptiles et autres hybodus, les poissons se signalent la plupart du temps par une forte accumulation d'écailles au sein des bones bed. Plusieurs genres sont signalés et parfois au sein de nodules intercalés au sein des marnes, il est possible de trouver des Colobodus entiers...
Ici il est simplement question d'un fragment de mâchoire présentant 4 dents, qui selon la littérature allemande aurait appartenu à l'espèce Tetragonolepis triassicus



 


Et enfin l'intrigue de la journée :

Trouvée au sein d'un énorme bloc qu'il a fallu réduire à coupe de masse ( les connaisseurs compatiront) cette dent présentait avec sa "double racine" une allure d'hybodus roulée :



Afin d'en avoir le coeur net, j'ai extrait la dent de sa gangue consolidé l'ensemble, la face "a" présentant une pointe cassée je l'ai "retournée" afin d'avoir la dent dans son ensemble :






Face "a" présentant une racine imposante et très bien conservée, la surface de la dent semble lisse, mais la cassure donne une impression de pointe saillante...

La face " b"  va apporter des informations qui vont permettre de définir le genre de l'animal propriétaire de cette dent : 













La face "b" lève le doute sur cette dent: elle a appartenu à une espèce du genre Polyacrodus... Peu courante et très rarement associée à une racine aussi massive et si bien conservée!!

Vraiment heureux de cette découverte et du travail effectué pour redonner une identité à cette ratiche inconnue.....
















A bientot pour de nouvelles trouvailles!!!

Commenter cet article

Ange mirabet 27/08/2009 16:58

Avé Tom . Superbes trouvailles ce jour là !Pour ta polyacrodus as tu une taille bien précise..? En tous les cas c'est une polyacrodus et avec sa racine d'autant plus rare.
Pour sndp CHAPEAU BAS my dear ! Très beau specimen de par sa taille et sa conservation... Blogeursement Ange.