Le bec du Germanonautilus

Publié le par ToM

Le Muschelkalk célèbre pour ses cératites livre également en plus petites proportions un autre ordre de céphalopode tétrabranchiaux : les nautilidae avec le genre Germanonautilus.

On retrouve rarement le test de l'animal et les indices de sa présence au sein d'une couche est souvent lié à la découverte des restes de son appareil masticatoire, le fameux "bec de nautile". Celui ci se compose de deux parties calcifiées, la partie inférieure ayant été nommé "Conchorhynchus avirostris" et décrite en 1820 par Von Scholtheim, tandis que la partie supérieure "Rhyncholithes hirundo" fut décrite et nommée une année plus tôt par Biguet.
Les différentes études menées sur l'animal on permis de démontrer que comme les Nautiles actuels, le "bec" de Germanonautilus était également composé d'une partie chitineuse englobant en partie les composants calcifiés.
Il est intéressant de noter qu'au sein de certains "bone bed" du Muschelkalk, la présence d'une partie de ces fameux becs est souvent signalée par une trace noire ressemblant étrangement à des résidus de charbon, qui semblent être des éléments de dégradation de la partie chitineuse.

On considère toujours les espèces actuelles de nautiles comme des "fossiles vivants", traduisant par là la similitude morphologique entre les espèces fossiles et actuelles. L'appareil masticatoire ne fait pas exception à ces observations. La planche ci dessous permet de comparer le "bec" de Germanonutilus et celui de Nautilus pompilius tous deux séparés par 230 millions d'années.

Ses ressemblances morphologiques au niveau du "bec" témoignent ainsi d'un régime alimentaire très semblable, et l'on peut raisonnablement penser que le "bec" de Germanonautilus jouait le même rôle que celui de Nautilus pompilius actuellement. Bien que certaines différences dans l'agencement des parties chitineuses et calcifiées sont observables entre l'espèce fossile et l'actuelle le fonctionnement devait être le même:

 

Les deux parties jouaient le rôle de cisailles qui découpaient la proie, les rainures sur la partie dorsale du "Conchorhynche" permettaient sans doute de maintenir la proie sans quoi la proie aurait pu s'échapper par l'espace laissé entre le "Rhyncholite" et le "Conchorhynche"

1.) Conchorhynchus avirostris:

Au hasard d'un expédition j'ai eu la chance de découvrir un Conchorhynchus avirostris au sein d'une couche meuble me permettant de le dégager dans son intégralité laissant apparaître sa face dorsale:


Une trouvaille plus ancienne permet de visualiser une face ventrale mieux conservée et de plus grande taille:

 






































Conchorhynchus avirostris
faisait office de "mandibule inférieure ". Le cisaillement produit au niveau de la surface de découpe entre la partie supérieure et inférieure permettait de couper les tissus mous des proies du Germanonautilus, les denticules permettaient une adhésion plus poussée de la proie avec le bec du nautile.
Il est également possible que, comme chez le nautile actuel, le bec ait pu servir à également transporter de petits cailloux.

2.) Rhyncholithes hirundo:




Cette pièce représente la partie supérieure du "bec", elle prend toujours la forme d'une "flèche" et présente également dans les couches à sédiment meubles un auréole noire, témoin de la partie chitineuse .

Ci-contre une planche représentant les interactions entre la partie calcifiée et celle chitineuse, comparée à l'appareil masticatoire supérieure d'une des sous espèce de nautile actuel:


Encore une fois la comparaison des deux appareils montre une similitude importante pour deux animaux ayant vécu à un intervalle de plus de 200 millions d'années.









Une autre pièce de ma collection relativement bien conservée permet de présenter les caractères structuraux de la face ventrale de Rhyncholithes hirundo :
































Cette face ventrale venait ainsi s'emboîter sur la face dorsale du conchorhynche pour former une cisaille à l'efficacité redoutable, "outil" essentiel de la nutrition des nautiles, qui  pratiquement inchangé, perdure depuis plus de 200 millions d'années...

 

Commenter cet article

Faaxaal 21/10/2009 13:35


Superbe travail !


ToM 21/10/2009 13:37


Merci!


dissertation examples 12/08/2009 15:04

Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!